Home » 2014 » décembre

L’Orange-Presse n°3 est sorti!

Tous à vos boîtes aux lettres! Vous y trouverez cette semaine le 3e numéro de notre « Orange-Presse », un numéro spécial « Info Région » en collaboration avec notre Député régional et Sénateur, François Desquesnes.

DSCN5387

Joyeux Noël!

Tous les mandataires et les membres du groupe OSER cdH de Lessines vous souhaitent un très joyeux Noël!

carte joyeux Noel

Revue de presse : « La Dernière Heure » samedi 20 décembre 2014

revue de presse déc 2014 2_NEW revue de presse déc 2014 1_NEW

Budget communal 2015

Commentaire sur le budget 2015

Si vous présentez aujourd’hui un budget en boni à l’ordinaire, alors que celui de 2014 était en léger déficit, c’est essentiellement pour répondre aux impératifs de maîtrise des coûts et de rigueur budgétaire que vous impose la Région Wallonne.

Ceci se traduit effectivement par une diminution des frais de fonctionnement pour lesquels les services ont été invités à faire les restrictions nécessaires mais dépassée par une augmentation de 11% des coûts du personnel. Les recettes générées par la fiscalité à charge des Lessinois augmentent, elles, de 375.000 €. Enfin, vous augmentez la subvention de 25.000€ pour l’agence de développement local qui aurait dû voir le jour depuis des années et dont l’entrée en fonction coïncide avec une période peu propice à la relance commerciale dans un centre-ville voué aux grands travaux, certes nécessaires, mais dont les prémices sont tombées comme une catastrophe en pleine activité commerciale juste avant les fêtes de fin d’année. Comme « hasard » du calendrier, on aurait pu épargner cela au commerce lessinois…

Que dire enfin du soutien à l’associatif lessinois ? Rappelez-vous, au nom des économies à réaliser, vous aviez sacrifié la moitié de la dotation aux associations lessinoises. Pourtant, ce sont elles aussi qui sont porteuses de projet, parfois même avant que le « politique » ne vienne prendre leur relais. Et là que constate-t-on ? Une disparité inégalitaire dans leur traitement, certaines retrouvant une subsidiation qu’elles n’avaient jamais espérée tandis que les autres restent exsangues. Nous, responsables politiques, nous devons admettre que la vitalité d’une région ne se mesure pas uniquement à ses facteurs politiques et économiques mais aussi à la capacité qu’ont ses habitants à s’unir et défendre des projets collectifs.

Pour l’extraordinaire, qui doit traduire les grands projets du politique, nous n’y voyons essentiellement que le report des engagements déjà prévus en 2014 et les années précédentes. Vous le commentez vous-mêmes mais curieusement dans l’extrait de la délibération de cette séance, vous osez parler d’une « politique volontariste de relance préconisée par le Collège ». Si c’est à l’image des logements prévus depuis 20 ans sur le site de l’école de Madame Levent et qu’on a finalement rasée après avoir dépensé des sommes qui donnent le tournis en frais d’architecte…ou encore le bâtiment des Carrières Unies acquis à prix d’or par la même majorité qu’aujourd’hui et pour lequel vous aviez prévu de consacrer 4 fois encore le montant du prix d’achat en aménagements divers ; maintenant on abandonne le projet mais une fois encore les notes d’architecte sont à payer….ou encore Amphabell un dossier qui s’enlise depuis ….8 ans, c’est-à-dire depuis que vous avez repris le dossier… Soyons clairs, il est temps d’arrêter des études pour du « vent ».

Voyez le Plan de mobilité. Il a coûté une fortune et a mené à quoi ……sinon à des impasses comme le tunnel routier sous la Place de la gare. C’est une vision globale que requiert une vraie politique.

Enfin, nous attendons encore depuis des années un inventaire du matériel du service Travaux de la part de l’échevin. A chaque conseil, nous lui rappelons…en vain.

Pour terminer, nous voudrions souligner la qualité du personnel des finances et le remercier pour le travail réalisé mais nous ne pourrons adhérer à votre politique de léthargie qui se gausse de projets sans cesse retardés, annulés ou tout simplement rasés.

Notre groupe s’abstiendra donc tant à l’ordinaire qu’à l’extraordinaire.

Oger BRASSART, chef de groupe OSER cdH

Capture d’écran 2013-10-18 à 09.15.22

 

Conseil communal ce jeudi 18 décembre 2014

Voici l’ordre du jour du conseil communal de ce jeudi 18 décembre 2014 :

ORDRE DU JOUR

 

EN SEANCE PUBLIQUE

 

 

1. Décision de l’autorité de tutelle.  Communication.

2. CPAS.  Budget pour l’exercice 2015.  Approbation.

3. Rapport annuel 2014.  Budget communal pour l’exercice 2015.  Approbation.

4. Octroi d’un douzième provisoire pour l’exercice 2015.  Décision.

5. Constitution de fonds de réserve extraordinaire.  Décision.

6. Utilisation des provisions pour risques et charges en vue de faire face au paiement des charges de personnel.  Décision.

7. Modification budgétaire de la Fabrique d’église Saint-Roch pour l’exercice 2014.  Avis.

8. Budget 2015 de diverses Fabriques d’église.  Avis.

9. Redevance pour la fourniture et le placement de plaquettes commémoratives.  Approbation.

10. Acquisition d’un serveur NAS.  Choix et conditions du marché.  Voies et moyens.  Décision.

11. Acquisition de matériel d’équipement pour le service d’incendie.  Choix et conditions des marchés.  Voies et moyens.  Décision.

12. Rafraîchissement des peintures murales à l’arsenal des pompiers.  Choix et conditions du marché.  Voies et moyens.  Décision.

13. Eclairage public.  Ajout d’un point lumineux au croisement de l’Avenue de Ghoy et de la Porte d’Ogy.   Choix et conditions du marché.  Voies et moyens.  Décision.

14. Projet de construction de logements sociaux Avenue de l’Abattoir – ailes A et B.  Clôture du dossier.  Décompte des honoraires.  Paiement d’une partie du solde.  Voies et moyens.  Décision.

15. Projet de rénovation des bâtiments communaux 33-37, rue René Magritte.  Résiliation du contrat d’auteur de projet.  Décompte des honoraires.  Paiement du solde.  Voies et moyens.  Décision.

 

 

 

 

 

 

16. Budget extraordinaire.  Voies et moyens.  Décision.

17. Octroi de subsides extraordinaires à l’ASBL « Centre Culturel René Magritte » pour divers travaux et acquisitions.  Voies et moyens.  Décision.

18. Octroi d’un subside complémentaire à No Télé (2014).  Décision.

19. Contrat-programme conclu avec le Centre Culturel René Magritte.  Avenant n° 3.  Approbation.

20. Programme Fédéral de Coopération Internationale communale.  Convention de partenariat avec la commune de Bobo-Dioulasso.  Approbation.

21. ASBL Terre.  Conclusion d’une convention pour la collecte des textiles ménagers.  Approbation.

22. Création d’emplois supplémentaires dans l’enseignement communal.  Ratification.

23. Questions posées par les Conseillers.

A HUIS CLOS

24. Demande de mise à la retraite d’un agent communal.  Décision.

25. Octroi d’une interruption de carrière à mi-temps à une institutrice primaire définitive.  Ratification.

26. Désignation d’enseignants à titre intérimaire et/ou temporaire dans l’enseignement communal.  Ratification.

27. Procès-verbal de la réunion conjointe Ville/CPAS du 27 novembre 2014.  Approbation.

Revue de presse : rénovation du centre-ville

Revue de presse concernant le précédent conseil communal ( « La Dernière Heure » et « Le Courrier de l’Escaut »:

revue de presse nov 2014 3_NEW revue de presse nov 2014 4_NEW revue de presse nov 2014_NEW

Questions posées par nos conseillers

Questions posées par Oger Brassart 

 

1. Circulation Chevauchoire de Viane à Deux Acren

La voirie dénommée « Chevauchoire de Viane », comme son nom l’indique, est au départ un chemin pour cavaliers. Rendue à la circulation automobile depuis une centaine d’années, elle est mise en « circulation locale ». Cependant, elle permet à bon nombre d’automobilistes d’écourter leur trajet. Cette voirie prévue pour une desserte locale ne peut actuellement plus absorber un trafic de plus en plus intense et extérieur aux riverains. Une pétition vous a été remise par les riverains qui constatent une intensification du trafic des poids lourds de plus de 7,5T en desserte locale avec des camions roulant à vive allure, des tracteurs et moissonneuses alors que cette partie du Chevauchoire entre la Glacenée et le chemin de Mons à Gand ne comporte pas de terres agricoles, le trafic aux heures de pointe, le non-respect de la limitation à 50km/h, le non-respect des piétons et la lente mais certaine dégradation de la voirie, notamment les plaques d’égouts pourtant récemment reposées…

L’ échevin des travaux mais également compétent en matière de mobilité peut-il nous donner la suite réservée à cette demande justifiée des riverains pour réduire la vitesse, sécuriser les piétons et interdire le passage des camions et des automobilistes étrangers à ce chemin ?

 

2. Passages pour piétons sur la N 57 et la N 42

Avec ses 13.000 véhicules par jour, la Chaussée Victor Lampe s’avère particulièrement dangereuse. 5 commerces ou services sont extrêmement fréquentés par les usagers de la route. Un passage pour piétons a été réalisé par le service régional régissant cette voirie, à hauteur du marchand de journaux.

L’échevin de la mobilité ne pourrait-il solliciter la même installation auprès des autorités compétentes pour le marchand de fruits et légumes d’une part ainsi que pour l’agence bancaire fort fréquentée elle aussi, même par les habitants du centre-ville en raison des facilités de stationnement,  et proche d’une boutique et de la pharmacie de la Chaussée.

 

De même, il serait souhaitable aussi d’attirer l’attention des pouvoirs régionaux sur la dangerosité du passage sis à la Chaussée de Grammont sur la N 42 à hauteur du chemin d’accès piétons au terrain de football. De très nombreux jeunes et leurs parents traversent ici la chaussée sur un passage très peu mis en évidence le long d’un axe également très fréquenté et où, malgré la limitation de vitesse, les automobilistes ont tendance à accélérer à l’approche des feux. Une signalisation adéquate devrait être réclamée, voire même en cette période de l’année un signal lumineux puisque la saison de football se déroule essentiellement l’hiver.

 

3. Le marché hebdomadaire…quelle issue ? 

En mai dernier l’échevine des Marchés réunissait  pour la première fois depuis….octobre 2012,  la « commission communale » chargée des Foires et marché. Diverses propositions ont été évoquées comme le regroupement sur la rue César Despretz pour « libérer » les emplacements de parking sur la Grand Place ou le contraire regrouper au maximum les marchands sur la Grand Place pour une meilleure attractivité. Comment concilier les deux points de vue ? Le réaménagement sur le site de la rue César Despretz et de la rue de l’Herboristerie aurait un coût pour les travaux d’alimentation électrique des maraichers. Il verrait aussi les installations de plus en plus imposantes et lourdes sur les trottoirs des habitations…La Grand Place n’est-elle pas appelée à juste titre « le marché ». Faut-il lui enlever ce caractère de « halle ouverte » dans ce qui symbolise le centre historique de la ville ? La localisation est-elle la seule issue à la revitalisation du marché ?

Toutes ses questions sont toujours sans réponse de la part de l’échevine depuis plus de 6 mois. Nous attendons toujours un compte-rendu de la seule réunion qui se soit tenue depuis…..2 ans. A-t-on estimé le coût des travaux d’installation électrique en cas de transfert? Est-il prévu au budget ? Les maraichers ont-ils été informés ? Quelle décision a été prise ? Nous attendons toujours….

 

Questions posées par Marie-Josée Vandamme

 

1. Distinction entre les travaux de pavages ?
Nous venons, en début de séance, de nous prononcer sur la fiscalité communale. Parmi les points, l’un concernait le tarif pour l’exécution de travaux pour tiers. Dans la liste des travaux pouvant être effectués, sont cités le pavage en pavés et le pavage en dalles béton. Il est de fait maintenant que nos ouvriers communaux sont susceptibles d’effectuer ce type de travaux.
Pourtant, le réaménagement des trottoirs de la rue de Grammont n’est pas réalisé par le service travaux, et ce malgré l’urgence dont nous avons déjà parlé. En outre, la réalisation de ces travaux revient maintenant à un coût de 238 779,36 €. Cet antagonisme soulève deux questions; je vous les soumets :
- Comment expliquez-vous que, selon les cas (travaux pour tiers ou service à la population), les ouvriers sont aptes à réaliser des travaux de pavage puis ne le sont plus ?
- Comment expliquez-vous que dans le cas de figure du réaménagement des trottoirs de la rue de Grammont, la Ville doit faire face à un montant si élevé, qu’à lui seul ce montant permettrait le réaménagement d’une multiplicité de trottoirs par l’engagement de nouveaux ouvriers, et ce sans amputer sur le temps global de travail de l’ensemble des secteurs du service travaux ?

 

 

2. Trottoirs de la rue de Grammont :
Le 28 août 2014, nous avons statué au conseil communal sur les choix et conditions des marchés de travaux. Parmi ces dossiers, il y avait celui concernant le réaménagement des trottoirs à la rue de Grammont. Les travaux à y effectuer, notre groupe les a signalés depuis quelques mois déjà.
C’est avec insistance que nous avons aussi mis l’accent sur l’URGENCE réelle de la réalisation de ces travaux. Faut-il rappeler que de nombreux secteurs de ces trottoirs sont dans un état tel qu’ils accroissent le risque de chutes, de blessures ?  Dès lors, pourriez-vous nous préciser, et par ce biais préciser aux riverains qui sont dans l’expectative de la réalisation de ces travaux, quand ceux-ci débuteront-ils enfin ?

 

3. Mesures de black-out

 

Début septembre, nous découvrions le plan black-out qui concerne bien notre ville. Quelle ne fut pas ma surprise de voir s’installer deux mois plus tard les illuminations de fin d’année. La presse et les médias en ont fait écho. A l’heure où exceptionnellement cette année, nous devrions peut-être nous passer de toute alimentation électrique pendant plusieurs heures par jour, beaucoup de communes de Wallonie Picarde ont pris des mesures spéciales ; certaines se sont même abstenues de les poser cet hiver. Nous n’avons trouvé dans la presse aucune réponse à propos de notre ville.

Avant de faire procéder à ces installations qui engagent plusieurs jours de travail pour nos ouvriers communaux, l’échevin des travaux (qui assure toujours que son personnel est littéralement débordé par la tâche) a-t-il concerté le Collège communal à ce sujet. Chaque année d’ailleurs, je ne comprends pas l’empressement à les installer dès la fin octobre alors qu’elles ne sont allumées qu’en début décembre à l’occasion du marché de Noël du Cayoteu.

Celles-ci seront-elles limitées par exemple aux week-ends, à une partie de la soirée ? Qu’en sera-t-il de la Grand Rue dont les premiers travaux de sondage seront en cours jusque mi-décembre ? Certes, dans la Grand Rue plongée dans la quasi obscurité depuis l’installation de vos mini-torches publiques, les illuminations auraient pu procurer durant un mois un complément de sécurité grâce à leur éclairage…..si les lampes blanches n’avaient été remplacées, précisément dans cette artère, par des tubes fluorescents jaune et rouge qui n’assurent aucun complément d’éclairage dans la plus sombre des rues de notre entité.

 

 

Questions posées par Emmanuel Monseux

 

1.Sécurité routière
 L’angle entre la rue d’Horlebaix et la prolongation de la rue du cimetière (à Bois-de-Lessines) offre très peu de visibilité pour les conducteurs. Il est en effet très difficile, venant du cimetière, de voir les voitures venant de la droite. Afin de sécuriser ce passage, serait-il possible d’y placer un miroir ? Dans l’affirmative, quand ce miroir pourrait-il être placé ?
2. ADL
Le dossier de constitution de l’ADL a été remis sur les rails depuis le 22 mai de cette année. L’élaboration de ce dossier complexe exige du sérieux, nous en sommes conscients. Je présume, par ailleurs, que l’ensemble des dossiers sont traités de la même manière. Toutefois, cela fait maintenant six mois (1/2 année) que ce dossier est en cours d’élaboration. Dès lors, Mme l’Echevine, pourriez-vous CONCRETEMENT nous donner une date butoir pour laquelle ce dossier sera présenté, date à partir de laquelle l’ADL pourra, progressivement, effectuer enfin son travail ?

ASBL Centre culturel René Magritte. Approbation de l’avenant n°3 du contrat-programme 2009/2012 et prorogation jusque 2018

Voici l’intervention de notre groupe à ce sujet lors du conseil communal :

 

Nous sommes très étonnés de voir le point soulevé par un conseiller de la majorité. Pourquoi l’échevine de la Culture n’a-t-elle pas prévu ce point à l’ordre du jour du Conseil ? Pourquoi lors de l’élaboration des points à soumettre au Conseil de ce soir, le Collège n’a-t-il pas prévu ce point ?

 

Il s’agit d’une obligation légale sans quoi le Centre culturel risquerait de ne plus être reconnu par la fédération Wallonie Bruxelles et perdre ainsi d’importants subsides.

 

L’objet de la délibération porte sur un « dernier » avenant destiné à couvrir la période entre janvier 2015 et l’entrée en application du prochain contrat-programme. L’échevine peut-elle nous préciser  si ce nouveau contrat est en cours de réalisation et dans quels délais elle proposera au Conseil de l’approuver ?

 

 

 

Oger BRASSART

 

Aménagement des espaces publics de l’hypercentre de Lessines Grand’Rue et rue Général Freyberg

Voici l’intervention de notre chef de groupe, Oger Brassart, à propos de la rénovation de l’hypercentre de Lessines, lors du conseil communal :

L’analyse du cahier des charges nous amène aux questions et réflexions suivantes :

 

  1. L’accessibilité des commerces est cotée sur 20 points.

«  L’offre de l’entreprise sera exclue si elle n’arrive pas à démontrer dans sa méthodologie qu’elle respectera au minimum les dispositions reprises ci-dessus.  L’entreprise obtiendra 10 points si elle arrive à démonter dans sa méthodologie qu’elle respectera les dispositions reprises ci-dessus ET DONC que les clients et les passants auront toujours les pieds propres et auront toujours accès aux commerces, sans risque de chute et autre.  »

Pourquoi donner 10 points alors que, si les dispositions ne sont pas respectées, l’entreprise est exclue ? Cela induit que 10 points sont fournis d’office à chaque soumissionnaire accepté, aucune différence n’est dès lors réalisée entre eux !

 

2. Le délai est coté sur 30 points.

 

La méthode de calcul des points attribués au délai n’est pas clairement explicitée. L’ensemble des entreprises devant s’engager à un délai de 365 jours, on peut comprendre que des points supplémentaires sont attribués à concurrence de 5 points par mois mais qu’en est-il de la répartition des 30 points ?

 

3. Amendes pour retard

«  Il sera appliqué une amende de 1000,00 €  par jour calendrier de retard pour non- respect du délai, les amendes étant cumulatives.  »

Il n’est pas fait référence au délai auquel s’engage l’entrepreneur décrit dans les critères d’attribution.  1.000,00 € par jour calendrier pour un marché pareil, c’est gagné !  Deux mois = 60.000,00 € mais un maximum de points lors de l’attribution du marché !

 

4. Entraves au trafic

Je ne trouve pas de déviation du trafic depuis « l’extramuros », seulement quelques petits marquages locaux. Rien de très précis laissant la place à du n’importe quoi comme lors des travaux de la N57. Or, dans la 1re  phase, aucun passage ne se fera entre la rive gauche et la rive droite de la Dendre… On a connu cela en 1971 lors des travaux du Pont de Bois, avec un trafic d’il y a 40 ans et une passerelle piétonne qui reliait les deux parties de la ville.

 

5. Exigences environnementales

Le nettoyage régulier du chantier et des voiries doit être réalisé par l’entrepreneur et à ses frais. Il doit aussi assurer le nettoyage complet des ouvrages et du terrain tout au long du chantier et avant la réception provisoire.

Qu’entend-t-on par nettoyage régulier ?  Aucune définition n’en est faite…

Oger BRASSART

Séance d’information sur le délestage

A l’initiative de l’Administration Communale, une séance d’information relative au problème de la pénurie d’électricité est organisée par ORES, gestionnaire du réseau, le 11 décembre à 18h30 en la salle des fêtes du CPAS, rue des Quatre Fils Aymon, 17 à Lessines.

Pour tout renseignement complémentaire : 068/ 251.549.

OSER électricité