Budget communal 2015

Commentaire sur le budget 2015

Si vous présentez aujourd’hui un budget en boni à l’ordinaire, alors que celui de 2014 était en léger déficit, c’est essentiellement pour répondre aux impératifs de maîtrise des coûts et de rigueur budgétaire que vous impose la Région Wallonne.

Ceci se traduit effectivement par une diminution des frais de fonctionnement pour lesquels les services ont été invités à faire les restrictions nécessaires mais dépassée par une augmentation de 11% des coûts du personnel. Les recettes générées par la fiscalité à charge des Lessinois augmentent, elles, de 375.000 €. Enfin, vous augmentez la subvention de 25.000€ pour l’agence de développement local qui aurait dû voir le jour depuis des années et dont l’entrée en fonction coïncide avec une période peu propice à la relance commerciale dans un centre-ville voué aux grands travaux, certes nécessaires, mais dont les prémices sont tombées comme une catastrophe en pleine activité commerciale juste avant les fêtes de fin d’année. Comme « hasard » du calendrier, on aurait pu épargner cela au commerce lessinois…

Que dire enfin du soutien à l’associatif lessinois ? Rappelez-vous, au nom des économies à réaliser, vous aviez sacrifié la moitié de la dotation aux associations lessinoises. Pourtant, ce sont elles aussi qui sont porteuses de projet, parfois même avant que le « politique » ne vienne prendre leur relais. Et là que constate-t-on ? Une disparité inégalitaire dans leur traitement, certaines retrouvant une subsidiation qu’elles n’avaient jamais espérée tandis que les autres restent exsangues. Nous, responsables politiques, nous devons admettre que la vitalité d’une région ne se mesure pas uniquement à ses facteurs politiques et économiques mais aussi à la capacité qu’ont ses habitants à s’unir et défendre des projets collectifs.

Pour l’extraordinaire, qui doit traduire les grands projets du politique, nous n’y voyons essentiellement que le report des engagements déjà prévus en 2014 et les années précédentes. Vous le commentez vous-mêmes mais curieusement dans l’extrait de la délibération de cette séance, vous osez parler d’une « politique volontariste de relance préconisée par le Collège ». Si c’est à l’image des logements prévus depuis 20 ans sur le site de l’école de Madame Levent et qu’on a finalement rasée après avoir dépensé des sommes qui donnent le tournis en frais d’architecte…ou encore le bâtiment des Carrières Unies acquis à prix d’or par la même majorité qu’aujourd’hui et pour lequel vous aviez prévu de consacrer 4 fois encore le montant du prix d’achat en aménagements divers ; maintenant on abandonne le projet mais une fois encore les notes d’architecte sont à payer….ou encore Amphabell un dossier qui s’enlise depuis ….8 ans, c’est-à-dire depuis que vous avez repris le dossier… Soyons clairs, il est temps d’arrêter des études pour du « vent ».

Voyez le Plan de mobilité. Il a coûté une fortune et a mené à quoi ……sinon à des impasses comme le tunnel routier sous la Place de la gare. C’est une vision globale que requiert une vraie politique.

Enfin, nous attendons encore depuis des années un inventaire du matériel du service Travaux de la part de l’échevin. A chaque conseil, nous lui rappelons…en vain.

Pour terminer, nous voudrions souligner la qualité du personnel des finances et le remercier pour le travail réalisé mais nous ne pourrons adhérer à votre politique de léthargie qui se gausse de projets sans cesse retardés, annulés ou tout simplement rasés.

Notre groupe s’abstiendra donc tant à l’ordinaire qu’à l’extraordinaire.

Oger BRASSART, chef de groupe OSER cdH

Capture d’écran 2013-10-18 à 09.15.22

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *