Le cdH décline la proposition de participer à un projet de la droite confédéraliste

Le cdH décline la proposition de participer à un projet de la droite confédéraliste

Communiqué de presse

Le cdH s’est inscrit loyalement dans le déroulement de la mission d’Information confiée par le Roi au Président de la NVA, Bart DE WEVER. Par respect pour les institutions et cette mission royale, le cdH s’est abstenu de tout commentaire ces dernières semaines pour garantir à l’Informateur royal un cadre de travail serein.
Le cdH a rencontré l’Informateur royal à plusieurs reprises pour mieux cerner ses intentions et projets : le Président de la NVA souhaitait-il bien défendre avec la même vigueur Wallons, Bruxellois et Flamands et proposer un projet fort, équilibré et enthousiaste qui fasse gagner la Belgique et tous les Belges ? En effet, le principe d’une alliance de centre-droit est une configuration de gouvernement qui est tout à fait susceptible d’intéresser le cdH. L’important pour le cdH reste toujours le contenu de l’accord, la confiance indispensable entre les partenaires et les projets à réaliser.
Force est de constater que l’Informateur royal n’a pas été en mesure de proposer une base de négociation sur le plan du contenu qui permette d’être rassuré sur ses véritables intentions. La note ne démontre en rien la volonté de maintenir un Etat fédéral fort et uni et d’assurer la stabilité des institutions. L’Informateur écrit que le gouvernement fédéral se trouve « au service des entités fédérées ». Cette formulation instaure le confédéralisme larvé au sein même des institutions.
La dynamique de la note de l’Informateur inquiète également le cdH par rapport au fédéralisme d’union. Ni la loyauté fédérale, ni le respect de la mise en oeuvre de la 6ème réforme de l’Etat ne sont garantis contrairement aux demandes répétées du cdH. Par ailleurs, la note n’empêche nullement les initiatives législatives à majorité simple démantelant des compétences fédérales.
La note inquiète aussi le cdH en ce qui concerne les travailleurs. L’Informateur préconise clairement une « modération salariale ». Aucune garantie n’est apportée pour maintenir le pouvoir d’achat des citoyens. Pour le cdH, il n’est pas question de toucher au revenu des travailleurs, ni de faire payer de plein fouet les classes moyennes.
Sur la sécurité sociale, et en particulier en matière de soins de santé, la note de l’Informateur est dangereuse. Il propose de réduire la norme de financement des soins de santé. Son mécanisme signifie clairement moins de moyens pour les soins de santé et moins de services aux patients.
Et surtout, l’Informateur s’est bien gardé dans sa note de prendre des engagements essentiels, comme l’avait demandé le cdH, par exemple : le maintien de l’âge légal de la pension à 65 ans, la garantie des budgets pour la Justice, la Police et les services de secours, le respect intégral et loyal des accords de la 6ème réforme de l’Etat, notamment la mise en place de la communauté métropolitaine et la nomination des magistrats francophones manquant à Bruxelles, …
N’ayant pas obtenu de garantie quant à la nécessaire prospérité des Belges et quant à la solidité du pays et de ses institutions fédérales, le bureau politique du cdH constate que les conditions ne sont pas réunies pour construire un projet gouvernemental fédéral qui réponde à ses valeurs et qui réunit la condition indispensable du succès : la confiance entre les partenaires et leur vision commune d’une Belgique qui gagne.
A cet égard, le récent choix par la NVA de s’inscrire dans le groupe européen des eurosceptiques et qui associe des partis d’extrême-droite (ECR) tend à montrer une certaine duplicité puisque le parti nationaliste flamand avait plutôt jusqu’ici considéré l’Europe comme un moteur de prospérité.
En outre, le cdH s’étonne, après les déclarations tonitruantes de la direction du MR durant la campagne électorale sur sa volonté de ne pas forger une alliance avec la NVA, qu’il puisse avec autant de facilité, d’indulgence et sans garantie réelle, accepter de gouverner avec ce parti dont les grands principes de gestion sont contraires aux intérêts des francophones et à la stabilité du pays. Pourtant, les non-dits de la note de Bart DE WEVER sont particulièrement éclairants.
Le cdH remercie l’Informateur royal pour son travail. Cependant, vu le manque de confiance entre les partenaires et vu l’absence d’un projet crédible pour les francophones, l’ensemble des citoyens et l’unité du pays, le cdH décline la proposition qui lui a été faite de participer à un projet de droite confédéraliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *