IdéesH : le ministre Carlo Di Antonio à Lessines

Mercredi 9 octobre, notre section a accueilli, dans le cadre des débats IdéesH, le ministre Carlo Di Antonio, qui gère notamment l’agriculture. Une cinquantaine de personnes a assisté à cette soirée, dont de nombreux agriculteurs. Tous ont débattu autour de trois questions. Le ministre a écouté les remarques et les propositions avant d’y répondre. Après chacune des trois questions, un vote a été réalisé afin de déterminer la mesure la plus importante à retenir et à mettre en œuvre.

Voici le résumé des débats :

1. Y aura-t-il encore des agriculteurs demain?

Les propositions retenues sont :

– attribuer des aides aux agriculteurs, ciblées sur la qualité et l’emploi (36%)

– encourager la logique “producteur-vendeur” (36%)

– préserver les bonnes terres agricoles (16%)

– revoir le bail à ferme afin d’y intégrer la destination agricole ( 9%)

– renforcer la formation des jeunes agriculteurs (4%)

Carlo Di Antonio indique que les priorités sont les aides à l’investissement (il faut établir des critères d’éligibilité pour les investissements nécessaires en Région Wallonne) et supprimer l’aide à l’acquisition des premiers hectares (il faut privilégier les petites et moyennes exploitations). Afin de favoriser ces petites et moyennes exploitations, il faut jouer non seulement sur les aides mais aussi sur la mécanisation.

En ce qui concerne le bail à ferme, actuellement, le locataire peut faire ce qu’il veut. La volonté est de le modifier afin d’y introduire la possibilité que le propriétaire indique la destination du terrain. L’idéal évidemment est que l’agriculteur soit le propriétaire de ses terres. Mais malheureusement, les plus grands agriculteurs rachètent les terrains des plus petits, parfois pour en faire des zones de loisirs (prairie pour poneys…). C’est pour cela que prendre des mesures sur la propriété des terres agricoles reste très délicat. Il faut aussi définir ce qu’est un agriculteur actif afin de voir qui touche les aides : l’agriculteur ou le propriétaire des terres? Il y aussi un intérêt de travailler ensemble, en coopérative.

Le ministre termine cette partie en évoquant l’AFSCA : elle applique les règles beaucoup plus durement chez nous que dans le reste de l’Union Européenne et protège davantage l’agro-industrie que les petits exploitants. C’est pourquoi il faudra modifier ces règles.

2. Des produits locaux dans les commerces de proximité?

Voici les propositions retenues :

– faire davantage connaître les produits du terroir (publicité) (43%)

– créer un marché du terroir à Lessines ( 22%)

– sensibiliser les jeunes aux circuits courts (20%)

– utiliser des produits locaux dans la vie communale (11%)

– favoriser l’accessibilité des produits locaux aux populations moins favorisées (4%)

Le Ministre Di Antonio conclut ce sujet en indiquant que chaque producteur peut demander à obtenir le label “produit wallon”. En décembre aura d’ailleurs lieu une campagne de sensibilisation pour les consommateurs. Par ailleurs, une plate-forme d’achat de produits locaux pour les collectivités sera bientôt opérationnelle et permettra aux communes de se fournir en produits locaux via un marché public.

3. Manger autrement pour être en meilleure santé?

Voici les propositions retenues :

– informer sur les produits locaux de saison et sur leur coût véritable de production (42%)

– valoriser les vertus des produits authentiques (33%)

– développer l’éducation des enfants (potagers) (16%)

– informer sur les goûts et les saveurs (9%)

DSC_0001

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *