Echos du conseil communal du jeudi 24 janvier 2019 : révision du schéma de développement territorial

Les conseillers communaux devaient se prononcer sur la révision du schéma de développement territorial, proposée par le Gouvernement Wallon.

L’ensemble du conseil communal a émis un avis défavorable.

Voici le commentaire de notre conseiller, Oger Brassart, et les attendus qui ont été ajoutés à la délibération :

“Pour mémoire, il y a 20 ans, Lessines s’était vu refusé le nom de « pôle «économique » (ce que reçurent les villes d’Enghien et de Leuze, la première n’ayant pas vraiment profité de ce titre à l’encontre de la 2e qui a vu se développer son zoning de l’Europe). Lessines avait été confiné dans un rôle de pôle touristique, ce qui lui valut les diverses interventions européennes pour l’Hôpital N-D à la Rose mais l’écartait de tout développement de ses zonings.

Avec près de 3.500 emplois (Shire, Baxter, Colruyt, les carrières et toutes ses PME) sur une population de près de 19 000 habitants, Lessines (4e ville de Wapi après Tournai, Mouscron et Ath) n’a pas été retenue comme « pôle » alors que Péruwelz, de taille un peu plus modeste, y a décroché le précieux sésame. Lessines est désormais identifiée comme « rayonnant sur elle-même et faiblement au-delà d’elle-même », avec une « faible performance en enseignement secondaire » (Athénée Royal avec une offre d’enseignement général, technique et professionnel et Collège de la Visitation!) et « performance faible d’achats courants » (avec 5 « grandes surfaces commerciales »!).

Le groupe OSER cdH a bien pris connaissances des réactions d’Ideta insistant sur le dynamisme et le rayonnement des 3 villes de Lessines, Enghien et Leuze. On y soulignera aussi la « difficulté d’inscrire Lessines dans une zone d’enjeu communal en raison de l’appauvrissement des transports en commun » et sur le fait que Lessines doit être considérée comme potentiel de développement touristique. L’avis de l’ADL nous semble tout aussi pertinent comme porte d’entrée des néerlandophones dans la Wallonie Picarde… Effectivement, il n’y a pas que le Tournaisis qui est « frontalier »…

Pour ce qui concerne l’avis sollicité, évidemment « précipité » en cette période de changement de mandature et de trêve des confiseurs alors qu’il engage des perspectives pour 20 ans et plus, nous souhaiterions pouvoir y ajouter dans les attendus :

1. que Lessines « rayonne au-delà d’elle-même (enseignement et commerce) 2. qu’elle dispose de près de 3.000 emplois + les zonings de Ghislenghien en limite de son entité

3. qu’elle est située sur l’axe ferroviaire Mons-Ath-Grammont en matière de voyageurs et sur l’axe Mons-Gand en important fret marchandises

4. que le projet Denderland avec ses consœurs d’Ath, Grammont, Ninove, Alost, Termonde, Denderleeuw et Roosdaal lui ouvre de futures collaborations en matières touristique, environnementale, culturelle et autre

5. qu’en matière touristique, outre l’Hôpital N-D à la Rose, nous possédons un patrimoine rural et paysager aux limites du Parc naturel des Collines mais également le tourisme fluvial- : Lessines se trouve à la croisée de 2 Ravel, dont le Ravel 5 européen Dunkerque-Brindisi qui sera opérationnel sur sa totalité de parcours dans les prochains mois

6. qu’avec l’achèvement de la voie rapide de contournement de la ville, Lessines se trouve désormais à la croisée des N 57 (La Louvière-Lessines-Renaix) N 56 (Mons-Lessines) et N 42 (Lessines-Gand), ce qui lui donnera un rôle majeur entre Flandre et Wallonie, entre la Dorsale wallonne et Gand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *