Home » 2014 » juin

Nouveau Plan SNCB 2014 : Les politiques lessinois proposent……..

 

Nouveau Plan SNCB 2014 : Les Politiques lessinois proposent……..

 

 

  1. 1.       La lente asphyxie du rail à Lessines s’accélère.

 

Lessines ne peut plus admettre un déclin de la qualité du transport public ferré. A chaque réforme, la médiocrité progresse. Cela provoque une migration des navetteurs vers d’autres gares, particulièrement Silly et Enghien qui sont confrontées de ce fait à une sursaturation de leurs aires de parkings. La rupture de la liaison directe entraînera une nouvelle migration des navetteurs et créera des problèmes dans d’autres entités.

 

Par exemple, il y a 50 ans, le trajet Lessines-Bruxelles s’effectuait en 45 minutes avec les machines à vapeur. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies et l’électrification, il faut compter 1h05. Vive le progrès !!!

 

L’Intercommunale IDETA estime à plus de 2000 le nombre de Lessinois se déplaçant en train. La qualité de plus en plus médiocre des services de la SNCB à Lessines fait qu’il n’y a plus que 700 personnes qui empruntent quotidiennement le train depuis une des gares lessinoises.

 

Il ne faut pas perdre de vue que 49 % de la mobilité ferrée du Hainaut a pour destination Bruxelles, dont 0,7 % depuis Lessines (1,4 % depuis Silly et 4,6 % depuis Enghien, une partie de ces % concernant des navetteurs lessinois déjà dégoûtés de la qualité des services délivrés à Lessines). Le % de Lessines à destination de Bruxelles est le même que celui de Jurbise. Va-t-on dès lors supprimer aussi la liaison directe de Jurbise à Bruxelles si la SNCB veut rester cohérente ?

 

La liaison directe entre Lessines et Bruxelles ne se fera plus à partir de décembre. A ce jour, une correspondance directe par heure était assurée dans chaque sens, avec un arrêt prolongé à Ath afin de procéder au décrochage ou au raccrochage de wagons. Il est vrai que cette procédure constitue une perte de temps mais cela ne peut justifier la suppression de la liaison directe Lessines-Bruxelles. Il n’y a pas si longtemps, ces opérations se faisaient à Enghien, chaque partie de train effectuant un trajet en boucle (Ath-Lessines-Grammont-Enghien pour l’une, Grammont-Lessines-Ath-Enghien pour l’autre), ce indépendamment de la liaison Tournai-Bruxelles. La pratique actuelle a rendu tributaire la liaison Lessines-Bruxelles de la liaison Tournai-Bruxelles.

 

Afin d’améliorer la situation, nous aurions pu envisager de revenir à la version des boucles dans chaque sens, tout en supprimant les décrochages/raccrochages. Certains trains provenant de Bruxelles poursuivraient leur parcours au-delà d’Enghien via Ath-Lessines-Grammont. Ils partiraient ensuite de Grammont vers Bruxelles en passant par Enghien. D’autres trains venant de Bruxelles, passeraient à Enghien-Grammont et partiraient ensuite de Grammont vers Lessines-Ath-Enghien-Bruxelles. C’est le principe de la boucle à double sens à partir d’Enghien en préservant la composition des trains.

 

 

Le nouveau plan de transport remplacerait donc la liaison directe par des navettes locales, avec obligation d’attendre une correspondance à Ath (dans l’incertitude qu’elle sera effectivement assurée). Par ailleurs, toute correspondance à Grammont, future gare RER, est rendue impossible du fait de l’organisation des horaires : l’horaire des trains venant de Lessines n’est pas compatible avec l’horaire des trains démarrant de Grammont pour Bruxelles (la logique de la SNCB est que les Francophones de Lessines devraient partir vers Ath et non vers Grammont ; ce n’est pas très cohérent avec la mise en place d’un réseau RER). Décidément, les décideurs de la SNCB sont contaminés par le communautarisme sournois. Un service public fédéral ne peut correctement fonctionner de la sorte. Pour la SNCB, il ne peut exister de frontière communautaire.

 

La nouvelle offre de transport à Lessines serait catastrophique aux heures de pointe. Tant le matin que le soir, 2 des 4 trains en heure de pointe seront supprimés, sans compter la composition des trains maintenus qui ne sera pas améliorée. Cela sanctionnera les travailleurs mais également une population scolaire non négligeable.

 

Concrètement, le premier train partant de Lessines pour aller à Bruxelles sera à 5h44 (au lieu de 5h25 actuellement). Le dernier train permettant de revenir de Bruxelles arrivera à Lessines à 21h00, au lieu de 23h20 actuellement. Le dernier train au départ de Lessines pour se rendre à Bruxelles démarrera à 21h46 (22h25 aujourd’hui).

 

Outre ces éléments, l’offre de trains le week-end sera réduite alors que Lessines possède un élément de patrimoine majeur de la Wallonie, l’Hôpital Notre-Dame à la Rose, dont l’essor ne fera que développer la vocation de pôle touristique de l’entité. La réduction de l’offre de transport public le week-end affecte la finalité de cette institution. On ne peut parler de tourisme en délaissant la mobilité organisée par le secteur public.

 

La cerise sur le gâteau réside dans la qualité du matériel roulant qui servira de navette entre Grammont et Ath. Le matériel roulant actuellement à Lessines date de 1986. En décembre prochain, progrès technologiques obligent, c’est du matériel de 1966 qui fera son retour. On se croirait dans les 3 Vallées, entre Mariembourg et Treignes, à la différence qu’à Lessines les clients se composent essentiellement de navetteurs et d’étudiants. A quand la remise en service de la « Pays de Waes » sur la ligne 90 ?

 

  1. 2.       Trop, c’est trop…la coupe est pleine !

Le désintérêt de la SNCB à l’égard de Lessines s’est manifesté à plusieurs reprises. Le plus flagrant réside dans l’infrastructure mise à disposition des clients. Depuis une décennie, la gare de Lessines a été interdite d’accès au public et au personnel pour des raisons d’insalubrité et de sécurité. Portes et fenêtres de l’édifice ont été condamnées par des panneaux en bois. Pour assurer le service, deux containers ont été déposés à proximité du bâtiment, l’un servant de bureau pour le personnel, l’autre de guichet et de mini-salle d’attente. L’accès aux quais s’effectue encore à l’ancienne, par un passage des voyageurs sur les voies. Il n’y a pas de passage sous voies au niveau de la gare. D’autre part, dans le cadre de la programmation 2007-2013 du FEDER, Lessines a introduit un portefeuille de projets, dont l’un consistait à construire un tunnel véhiculé sous voies afin de contourner le passage à niveau PN109, obstacle à la mobilité majeure du centre-ville. La SNCB a refusé d’y prendre part, se contentant de son passage à niveau sécurisé. Or, ce passage à niveau est souvent actionné, non seulement pour des transports de personnes, mais également pour des transports de marchandises, sans compter les dysfonctionnements du passage à niveau en question, restant fermé de manière injustifiée. Il ne faut pas perdre de vue l’importance de l’activité des carrières à Lessines, dont les produits extraits sont acheminés pour une bonne partie par voie ferrée. L’axe majeur routier du centre-ville traverse le passage à niveau en question. Il y a donc un problème que la SNCB ne veut connaître.

 

Récemment, les autorités communales ont convenu avec la SNCB du rachat de la gare, par un bail emphytéotique, permettant de réhabiliter le bâtiment, de retrouver une salle d’attente digne de ce nom. Une solution vient donc d’être trouvée pour l’édifice et, en contrepartie, la SNCB prépare une réduction de la qualité de services avant même que les travaux ne soient entamés……..

 

Tente-t-on vraiment d’imposer les transports en commun plutôt que la voiture dans la perspective d’un développement durable ? Si on souhaite privilégier le transport public, alors l’offre doit être attractive à tous les niveaux. La SNCB est certes une entreprise, mais elle doit assumer avant tout son rôle de service public. A cet égard, une des exigences du Gouvernement fédéral formulée le 21 février dernier, était le respect de balises dont  celles qui visent les lignes desservant les zones les moins densément peuplées du pays et qui feront l’objet d’une attention particulière ?

 

  1. 3.      Rappel des mesures annoncée pour décembre 2014

 

  • Suppression des IR et la liaison « directe » (même si c’est un bien grand mot avec 10’ d’attente à Ath). Correspondance à Ath(avec difficultés quotidiennes pour les PMR, personnes âgées, poussettes bébés dans les tunnels). Temps de parcours ramené de 1h05’ à 1h03’.
  • Suppression de la possibilité de transiter par Grammont pour réaliser le trajet Lessines-Bxl en 54’ comme actuellement…Les trains venant et partant de Grammont vers Bxl partiront à la minute précise où entreront ou bien sortiront de Grammont les trains vers Lessines.
  • Ligne Ath-Lessines-Grammont réduite à un « omnirail » (Grammont-Lessines-Mons-Tournai en « omnibus » en plus de 2h) avec de nombreuses gares de correspondance d’où risques supplémentaires de retard
  • Lessines-Silly en 33’ en train (un peu moins de 15’ en voiture). Arrêt de TOUS les trains à Silly (deux trains par heure au départ de Tournai y compris pendant toutes les heures « creuses ») et à Halle. Allongement du temps de parcours Ath-Bxl (41’ au lieu de 35’)
  • Lessines-Mons en 54’  car liaison « directe » mais…arrêt de 12’ en gare de Jurbise et arrêts supplémentaires à Erbisoeul et Ghlin
  • Suppression  de la moitié des trains actuels en heure de pointe 2 au lieu de 4  le matin ; ils sont prévus à 6h11 et 7h11 ; celui de 8h11 est complètement inutile, soulignent les participants
  • Suppression de la moitié des trains actuels en heure de pointe 2 au lieu de 4 le soir et disparition du seul train de pointe qui faisait Bxl-Lessines. Seuls deux trains supplémentaires sont donc prévus à Ath vers Lessines à 16h35 et 17h35
  • Pas d’adaptation des trains « scolaires ». Ainsi, les étudiants vers Ath devront prendre le train à 7h11 au lieu de 7h25 et resteront en rade en ville d’Ath pendent une demi-heure en attendant les cours. Rames non adaptées à l’importance du trafic (deux voitures au lieu des 6 actuelles et complètement remplies !)
  • Premier train le matin retardé à 5h44 (actuellement 5h25 et…auparavant 4h20), le suivant à 6h44 ne permet même plus d’arriver dans le centre de Bxl pour y travailler à 8h…
  • Dernier train arrivant de Bxl à Lessines à 21h16 au lieu der 23h20 ! et dernier train de Lessines vers Bxl à 21h46 au lieu de 22h25.
  • Le week-end : une seule possibilité toutes les 2 heures pour rejoindre Bxl (actuellement toutes les heures une fois via Ath l’autre via Grammont). Grammont-Bxl toutes les heures (avec un trafic voyageur moins important) mais départ du train quand celui de Lessines entre en gare. 1er train revenant de Bxl à Lessines à …9h.
  • Suppression des rames actuelles datant de 1986 et retour du matériel de 1966…..soit au temps où Lessines accueillait encore les dernières locos à vapeur….

 

  1. Les propositions lessinoises

A l’annonce du nouveau Plan 2014 de la SNCB, une commission communale réunissant toutes les composantes du Conseil s’est constituée afin d’analyser les nouveaux horaires et de proposer des alternatives répondant à la demande des voyageurs empruntant la gare de Lessines (à savoir les entités de Lessines, de Flobecq et d’Ellezelles).

Plusieurs réunions ont permis de cerner clairement les revendications ou propositions concrètes, acceptables par la direction de la SNCB. Entretemps, chaque groupe politique a pu sensibiliser ses différents relais parlementaires et la direction des partis à ce sujet. Un premier pas a certes été accompli par une promesse des Chemins de Fer de ne pas toucher au Plan avant les élections de mai dernier.

A présent, à l’approche de la période des vacances marquées inéluctablement par une cessation d’activités et avant que le couperet ne tombe définitivement dès la rentrée en septembre, l’heure est aux solutions et alternatives.

Les voici donc résumées de la sorte en tenant bien évidemment compte de l’enveloppe fermée qui est un des principes du nouveau Plan. Au vu des très nombreuses contraintes et suppressions en tous genre qui attendent les voyageurs en gare de Lessines (desservant les habitants de Flobecq, Ellezelles et Lessines, soit quelques 26.000 habitants), nous les estimons réellement mineures mais constructives pour assurer la pérennité d’un service au public.

 

                             Vers Ath et Bruxelle

BRUXELLES MIDI-ATH-LESSINES
HORAIRE   PRESUME
Bruxelles   midi

15:46

16:00

16:14

16:27

16:46

17:00

17:14

17:27

17:46

18:14

22:14

Halle  

0

 

0

 

0

 

0

     
Ath

16:30

16:40

16:54

17:06

17:30

17:41

17:54

18:06

18:30

18:54

22:54

Ath

16:35

17:00

17:00

17:35

17:35

18:00

18:00

19:00

19:00

19:00

Lessines

16:51

17:16

17:16

17:51

17:51

18:16

18:16

19:16

19:16

19:16

Durée   totale

01:05

01:16

01:02

01:24

01:05

01:16

01:02

01:49

01:30

01:02

PROPOSITION R1 R2
Bruxelles   midi

15:46

16:00

16:14

16:27

16:46

17:00

17:14

17:27

17:46

18:14

22:14

Halle  

0

 

0

 

0

 

0

     
Ath

16:30

16:40

16:54

17:06

17:30

17:41

17:54

18:06

18:30

18:54

22:54

Ath

16:35

 

17:00

 

17:35

17:44

18:00

18:11

 

19:00

?
Lessines

16:51

 

17:16

 

17:51

17:52

18:16

18:26

 

19:16

?
Durée   totale

01:05

 

01:02

 

01:05

00:52

01:02

00:59

 

01:02

 
R1
train P   supplémentaire pris sur la liaison Tournai-Ath déjà très bien desservie
soit 7   trains au lieu de 8 sur 2 heures
pas   d’arrêt entre Ath et Lessines (soit 8 min de trajet)
poursuite   de Bruxelles sans changement à Ath
R2
train P   rajouté

 

LESSINES-ATH-BRUXELLES MIDI
HORAIRE   PRESUME
Lessines

5.46

6.11

 

6.46

7.11

 

7.46

8.11

Ath

6.01

6.25

 

7.01

7.25

 

8.01

8.25

 

6.08

6.32

 

7.08

7.32

 

8.08

8.32

Bruxelles   midi

6.51

7.17

 

7.51

8.17

 

8.51

9.17

Durée   totale

1.05

1.06

 

1.05

1.06

 

1.05

1.06

PROPOSITION R1 R2 R3 R4
Lessines

5.46

6.04

6.34

6.46

7.00

7.30

7.46

 

21.46

Ath

6.01

6.18

6.42

7.01

7.15

7.44

8.01

   
 

6.08

6.24

6.43

7.08

7.21

 

8.08

 
Halle  

0.00

   

0.00

       
Bruxelles   midi

6.51

7.00

7.23

7.51

7.59

 

8.51

 

22.51

Durée   totale

1.05

0.56

0.49

1.05

0.59

 

1.05

 

1.05

R1
permet de   prendre à Ath la correspondance qui n’arrête pas à Halle
R2
train P supplémentaire   pris sur la liaison Tournai-Ath déjà très bien desservie
pas   d’arrêt entre Lessines et Ath (soit 8 min de trajet)
poursuite   vers Bruxelles sans changement à Ath
R3
remplace   le train vide de 8:11
idem R1
R4
train   supplémentaire (scolaire)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cdH décline la proposition de participer à un projet de la droite confédéraliste

Le cdH décline la proposition de participer à un projet de la droite confédéraliste

Communiqué de presse

Le cdH s’est inscrit loyalement dans le déroulement de la mission d’Information confiée par le Roi au Président de la NVA, Bart DE WEVER. Par respect pour les institutions et cette mission royale, le cdH s’est abstenu de tout commentaire ces dernières semaines pour garantir à l’Informateur royal un cadre de travail serein.
Le cdH a rencontré l’Informateur royal à plusieurs reprises pour mieux cerner ses intentions et projets : le Président de la NVA souhaitait-il bien défendre avec la même vigueur Wallons, Bruxellois et Flamands et proposer un projet fort, équilibré et enthousiaste qui fasse gagner la Belgique et tous les Belges ? En effet, le principe d’une alliance de centre-droit est une configuration de gouvernement qui est tout à fait susceptible d’intéresser le cdH. L’important pour le cdH reste toujours le contenu de l’accord, la confiance indispensable entre les partenaires et les projets à réaliser.
Force est de constater que l’Informateur royal n’a pas été en mesure de proposer une base de négociation sur le plan du contenu qui permette d’être rassuré sur ses véritables intentions. La note ne démontre en rien la volonté de maintenir un Etat fédéral fort et uni et d’assurer la stabilité des institutions. L’Informateur écrit que le gouvernement fédéral se trouve « au service des entités fédérées ». Cette formulation instaure le confédéralisme larvé au sein même des institutions.
La dynamique de la note de l’Informateur inquiète également le cdH par rapport au fédéralisme d’union. Ni la loyauté fédérale, ni le respect de la mise en oeuvre de la 6ème réforme de l’Etat ne sont garantis contrairement aux demandes répétées du cdH. Par ailleurs, la note n’empêche nullement les initiatives législatives à majorité simple démantelant des compétences fédérales.
La note inquiète aussi le cdH en ce qui concerne les travailleurs. L’Informateur préconise clairement une « modération salariale ». Aucune garantie n’est apportée pour maintenir le pouvoir d’achat des citoyens. Pour le cdH, il n’est pas question de toucher au revenu des travailleurs, ni de faire payer de plein fouet les classes moyennes.
Sur la sécurité sociale, et en particulier en matière de soins de santé, la note de l’Informateur est dangereuse. Il propose de réduire la norme de financement des soins de santé. Son mécanisme signifie clairement moins de moyens pour les soins de santé et moins de services aux patients.
Et surtout, l’Informateur s’est bien gardé dans sa note de prendre des engagements essentiels, comme l’avait demandé le cdH, par exemple : le maintien de l’âge légal de la pension à 65 ans, la garantie des budgets pour la Justice, la Police et les services de secours, le respect intégral et loyal des accords de la 6ème réforme de l’Etat, notamment la mise en place de la communauté métropolitaine et la nomination des magistrats francophones manquant à Bruxelles, …
N’ayant pas obtenu de garantie quant à la nécessaire prospérité des Belges et quant à la solidité du pays et de ses institutions fédérales, le bureau politique du cdH constate que les conditions ne sont pas réunies pour construire un projet gouvernemental fédéral qui réponde à ses valeurs et qui réunit la condition indispensable du succès : la confiance entre les partenaires et leur vision commune d’une Belgique qui gagne.
A cet égard, le récent choix par la NVA de s’inscrire dans le groupe européen des eurosceptiques et qui associe des partis d’extrême-droite (ECR) tend à montrer une certaine duplicité puisque le parti nationaliste flamand avait plutôt jusqu’ici considéré l’Europe comme un moteur de prospérité.
En outre, le cdH s’étonne, après les déclarations tonitruantes de la direction du MR durant la campagne électorale sur sa volonté de ne pas forger une alliance avec la NVA, qu’il puisse avec autant de facilité, d’indulgence et sans garantie réelle, accepter de gouverner avec ce parti dont les grands principes de gestion sont contraires aux intérêts des francophones et à la stabilité du pays. Pourtant, les non-dits de la note de Bart DE WEVER sont particulièrement éclairants.
Le cdH remercie l’Informateur royal pour son travail. Cependant, vu le manque de confiance entre les partenaires et vu l’absence d’un projet crédible pour les francophones, l’ensemble des citoyens et l’unité du pays, le cdH décline la proposition qui lui a été faite de participer à un projet de droite confédéraliste.

Au marché pour vous remercier!

Pendant des semaines, vous nous avez supporté (dans tous les sens du terme!), entre les affiches, les panneaux, les tracts,… Et nous vous en remercions chaleureusement! A notre tour de vous dire merci, en vous distribuant, comme c’est devenu la tradition pour notre groupe, des bonbons au marché de ce samedi 7 juin. Près de quatre kilos de bonbons ont été distribués!

DSCN3119 DSCN3120 DSCN3121

Début des négociations en vue de la formation d’un gouvernement wallon

Message de Benoît Lutgen :
« Chère amie, cher ami,
J’ai le plaisir de vous annoncer que des négociations sont initiées avec le FDF et le PS en vue de la formation du Gouvernement bruxellois et avec le PS en vue de la formation des Gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Les consultations entamées au lendemain des élections du 25 mai 2014 ont permis de dégager des lignes de forces qui rencontrent nos quatre priorités (éducation, entreprise, emploi, environnement).
Depuis avril 2013 nous avons travaillé, ensemble, sur un projet et un programme volontariste et audacieux.
Education, rendez-vous avec l’emploi, développer nos entreprises, préserver la qualité de vie sont les leviers majeurs pour la prospérité des Wallons et des Bruxellois. C’est l’investissement dans le développement humain. Ce sont nos priorités absolues et nos exigences d’hier et d’aujourd’hui. Dans ce cadre, après avoir eu différentes discussions  approfondies, sans a priori, avec les différentes formations démocratiques francophones à savoir le PS, le FDF, le MR et Ecolo, force est de constater que notre projet peut davantage se déployer avec les deux premières formations politiques.
Ce choix est aussi une question de méthode et de confiance. Comme je l’avais annoncé avant les élections, pour réussir cette ambition forte que Bruxelles et la Wallonie deviennent des moteurs du développement de la Belgique, il est impératif d’y associer les chefs d’entreprises, les représentants des travailleurs, le monde associatif et les mutualités…
En effet c’est par la mobilisation de chacun et un rassemblement fort autour d’un projet porteur d’avenir que nous pourrons réussir l’essentiel, à savoir, le bien être et la qualité de vie.
Les négociations ne font que commencer. Croyez bien que nos exigences et nos priorités seront défendues avec vigueur et ardeur   Vivre mieux, c’est possible.
Mieux défendre notre projet, c’est aujourd’hui à notre portée grâce à votre mobilisation, votre travail et votre engagement !
Votre Président, Benoît LUTGEN

Bonne fête aux papas!

Nous souhaitons une bonne fête à tous les papas, et en particulier à ceux de notre section!

fête des pères 2014