Home » 2014 » janvier

Le nouveau plan horaire de la SNCB : une catastrophe pour Lessines!

gare lessines Conférence de presse – vendredi 31 janvier 2014

 

 

Ce qui attend les Lessinois dès le 14 décembre prochain… Un enterrement de 1e classe pour le chemin de fer à Lessines

 

  1. Petit rappel d’une chronique d’une mort annoncée pu la longue agonie du rail à Lessines voulue par la SNCB.

Longtemps, la gare de Lessines a été une gare de 1re catégorie (3000 voyageurs/jour et surtout marchandises). En 1960, le trajet Lessines-Bruxelles s’effectuait en 43 minutes avec des locomotives à vapeur. Actuellement, en train électrique, il faut près du double de temps.

En 1959, la ligne 87 Lessines-Renaix a été supprimée, suivie en 1960 de la fermeture de la ligne 87 Lessines-Bassilly-Bruxelles. Fin des années 1960, Flobecq et Ellezelles ont été reliées par desserte de bus vers la gare de Lessines, ce qui restait « profitable » pour la gare de Lessines.

Fin des années 1970, la SNCB envisage de supprimer la ligne Lessines-Grammont. Suite à des actions menées par la population lessinoise, la ligne Ath-Lessines-Grammont est maintenue.

Ouverture de la ligne 94 entre Ath et Enghien : après des pétitions, un arrêt est prévu à Silly et une gare y est construite. La tentation est grande pour les Lessinois de parcourir les 12 km jusque Silly afin de prendre le train.

Pour les navetteurs de Flobecq et Ellezelles, une nouvelle ligne de bus matin et soir leur permet d’accéder à la gare de Silly en passant sur le boulevard de Lessines (mais sans s’y arrêter !! Donc au nez et à la barbe des Lessinois qui gagneraient actuellement 18 min par rapport au trajet actuel Lessines – Ath – Silly – Bruxelles). Comprenne qui pourra !

Dans les années 1990, la mise en place du réseau IC-IR a supprimé tous les arrêts précédemment desservis par ce qu’on appelait alors les « omnibus ». Ce fut le cas sur de nombreuses lignes, toutes ou presque en Wallonie Picarde, sauf la ligne 90. Sur la ligne 90 entre Lessines et Ath, les trains IR s’arrêtent donc TOUS à Houraing, Papignies et Rebaix, même en heure de pointe, ce qui allonge évidemment le temps de parcours.

Avec l’achèvement de l’A8/E429, des navetteurs préfèrent même la gare d’Enghien (mieux desservie que Silly avec le « luxe » de 3 trains par heure). Il faut à peine 15 minutes pour rejoindre la gare d’Enghien en voiture au départ de la gare de Lessines alors qu’il en faut près de 40 minutes en train….

  1. Ce qui attend les Lessinois dès le 14 décembre prochain

 

  1. Suppression des IR et de la liaison « directe » (même si c’est un bien grand mot avec 10’ d’attente à Ath). Correspondance à Ath (avec difficultés quotidiennes pour les PMR, personnes âgées, poussettes bébés dans les tunnels). Temps de parcours ramené de 1h05’ à 1h03’
  2. Suppression de la possibilité de transiter par Grammont pour réaliser le trajet Lessines-Bruxelles en 54’ actuellement…Les trains venant et partant de Grammont vers Bruxelles partiront à la minute précise où entreront ou bien sortiront de Grammont les trains vers Lessines. 

     

  3. Ligne Ath-Lessines-Grammont réduite à un « omnirail » (Denderleeuw-Lessines-Mons-Tournai en « omnibus » en plus de 2h) avec de nombreuses gares de correspondance d’où risques supplémentaires de retard… 
  4. Lessines-Silly en 33’ en train (un peu moins de 15’ en voiture). Arrêt de TOUS les trains à Silly (deux trains par heure au départ de Tournai) et à Halle. Allongement du temps de parcours Ath-Bruxelles (41’ au lieu de 35’). 

     

  5. Lessines-Mons en 54’  car liaison « directe » mais…arrêt de 12’ en gare de Jurbise et arrêts supplémentaires à Erbisoeul et Ghlin. 
  6. Suppression  de la moitié des trains actuels en heure de pointe : 2 au lieu de 4  le matin. 

     

  7. Suppression de la moitié des trains actuels en heure de pointe : 2 au lieu de 4 le soir et disparition du seul train de pointe qui faisait Bruxelles-Lessines. 
  8. Pas d’adaptation des trains « scolaires ». Ainsi, les étudiants vers Ath devront prendre le train à 7h11 au lieu de 7h25 et resteront en rade en ville d’Ath pendent une demi-heure en attendant les cours.  Au retour le soir, départ retardé aussi de 10’ et le mercredi midi de 10’ également. Rames non adaptées à l’importance du trafic ! 

     

  9. Premier train le matin retardé à 5h44 (actuellement 5h25 et…auparavant 4h20), le suivant à 6h44 ne permet même plus d’arriver dans le centre de Bruxelles pour y travailler à 8h…. 
  10. Dernier train arrivant de Bruxelles à Lessines à 21h au lieu de 23h20( !) et dernier train de Lessines vers Bruxelles à 21h46 au lieu de 22h25. 

     

  11. Le week-end : une seule possibilité toutes les 2 heures pour rejoindre Bruxelles (actuellement toutes les heures une fois via Ath l’autre via Grammont). Grammont-Bruxelles : toutes les heures (avec un trafic voyageur moins important) mais départ du train quand celui de Lessines entre en gare. 1er train revenant de Bruxelles à Lessines à …9h ! 
  12. Suppression des rames actuelles datant de 1986 et retour du matériel de 1966…..soit au temps où Lessines accueillait encore les dernières locomotives  à vapeur…. 

 

Rien n’a décidément changé sous le soleil ferroviaire lessinois…

 

 

 

 

SDER : intervention d’Oger Brassart

Le SDER a été soumis à l’approbation du conseil communal hier soir. Voici l’intervention de notre conseiller Oger Brassart :

« Lors de l’élaboration du précédent schéma de développement de l’espace régional wallon, l’ex-sénateur J-P Vancrombruggen pour la « majorité » et moi-même pour l’opposition, nous avions, lors de sa préparation, défendu le fait de faire reconnaître Lessines comme pôle d’appui économique ; le SDER nous a confiné dans un rôle d’appui touristique…ce qui nous a permis effectivement d’obtenir les subsides colossaux pour la valorisation de l’Hôpital N-D à la Rose, de le faire reconnaître comme patrimoine majeur de Wallonie, d’associer patrimoine, culture et tourisme.

Les temps ont changé. Le site de l’Hôpital voit se terminer les travaux. Par contre, nonobstant le fait d’être exclusivement un pôle de tourisme, nous avons été contraints d’accepter l’implantation de Colruyt sur nos terres agricoles….Curieux !!!! Dans la mesure où, malgré de nos nombreux investisseurs frappant à nos portes,  toute extension de nos zonings par l’Intercommunale Ideta nous était refusée pour le seul motif que nous ne pouvions développer que le tourisme….Cette fois,  de bonnes terres agricoles doivent être sacrifiées pour un projet dont le nombre d’emplois annoncés d’un millier de travailleurs se verra réduit à quelque 350 personnes. 

De plus, comment peut-on aveuglément refuser de reconnaître le caractère industriel de Lessines avec ses 1.600 emplois à Baxter( le seul site industriel de plus de 1.000 emplois dans toute la Wallonie picarde), avec les deux sites des carrières marquant à jamais le paysage de la cité du porphyre et les autres entreprises comme Bénéchim  …. Et dans le même temps affirmer le rôle de point d’appui économique d’Enghien où la zone industrielle reste désespérément vide depuis plus de 10 ans (seuls le bâtiment d’ideta et une boulangerie y sont sortis de terre). A noter encore qu’une ville comme Leuze peu marquée par un caractère industriel s’est vue elle aussi lors du précédent SDER reconnue comme pôle d’appui économique ; on voit ce qu’il en est. Le zoning de l’Europe ne cesse de s’agrandir avec un millier d’emplois à la clef et même une future prison générant elle aussi plus de 300 emplois. Lessines a donc raté le coche…..

Enfin, la valorisation de l’Hôpital N-D à la Rose devait drainer des dizaines de milliers de visiteurs et véritablement irriguer le développement du centre-ville et constituer le poumon de son commerce….on voit hélas ce qu’il en est. Les cellules commerciales poursuivent leur fermeture. Le tableau du SDER fait apparaître Lessines comme une des villes les plus touchées par le déclin commercial.

Je propose donc au Conseil de réclamer avec force la reconnaissance de Lessines comme pôle d’appui économique dans le schéma de structure spatiale pour la Wallonie. Il en va, tout comme les transports en commun, de l’avenir de notre ville et de sa région. »

logo OSER cdH Lessines

François Dequesnes et Catherine Fonck têtes de liste pour les élections de mai 2014

ImageProxy

Elections régionales de mai 2014 : François DESQUESNES sera tête de liste pour la circonscription du Centre-Soignies

Benoît LUTGEN, Président du cdH, a présenté ce jeudi 23 janvier la tête de liste régionale pour la circonscription du Centre-Soignies et la tête de liste fédérale aux élections de mai 2014 en présence de Carlo DI ANTONIO, Ministre wallon et Chef de file régional pour le Hainaut.

Pour la Région wallonne, François DESQUESNES sera tête de liste pour la circonscription du Centre-Soignies (Braine-le-Comte, Ecaussinnes, Enghien, La Louvière, Le Roeulx, Lessines, Silly et Soignies).

Pour la Chambre des représentants, Catherine FONCK sera tête de liste pour le Hainaut.

Voici un bref portrait de ces deux têtes de liste cdH.
 
François DESQUESNES

François DESQUESNES, marié et père de 3 enfants, est né le 3 mai 1971.

Juriste de formation, il s’est très tôt impliqué dans plusieurs associations sonégiennes puis régionales qui le conduisent naturellement à s’engager en politique. En octobre 2000, il devient Conseiller communal à Soignies, puis Chef de groupe au Conseil communal en 2006. Enfin, en 2012, il mène une liste d’ouverture qui gagne les élections et s’impose comme la 2ème force politique à Soignies. Sa carrière professionnelle, il l’entame au service du développement touristique de la Wallonie. En 2004, il rejoint le Cabinet du nouveau Ministre wallon du Tourisme, Benoît LUTGEN. Leur collaboration s’est poursuivie : François DESQUESNES devient son Chef de cabinet-adjoint en charge de l’Agriculture, une matière de prédilection pour le Sonégien qui y retrouve ses racines rurales. En 2009, il devient son Chef de Cabinet et endosse de nouvelles compétences, notamment celle des Travaux publics et la mise en place du Plan Routes. Fin 2011, il fait le grand saut avec Benoît LUTGEN à la présidence du cdH et devient le « sherpa » des Démocrates-humanistes notamment lors des négociations du volet socio-économique du Gouvernement fédéral. François DESQUESNES souhaite porter haut et fort les valeurs humanistes, celle d’un équilibre entre l’individu et la société : le soutien aux plus fragiles, aux acteurs de l’éducation et à ceux qui entreprennent.  Il veut aussi être le porte-voix de sa région, celle du Centre-Soignies, qui doit se forger un nouveau destin.

Catherine FONCK

Catherine FONCK, mariée et mère d’un enfant, est née le 22 septembre 1968.

Docteur en médecine (UCL, 1993), elle est spécialiste en médecine interne et néphrologie. Début 2003, par foi, par passion, Catherine FONCK décide de s’investir en politique et d’œuvrer  au renouveau démocratique en Belgique. Elle est élue à la Chambre en juin 2003 et devient, un an plus tard, Ministre du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, avec des compétences en parfaite adéquation avec son parcours : la santé, la petite enfance et l’aide à la jeunesse. Elle a notamment mis en place le Plan Cigogne II qui a permis la création de plus de 8000 places de crèches, réformé la procédure d’adoption, œuvré en faveur de la prise en charge plus précoce des mineurs en difficultés et des mineurs délinquants, ou encore mis en place les programmes de dépistage de la surdité néonatale et du cancer du côlon.
En juillet 2009, de retour au Parlement fédéral, Catherine FONCK devient Chef du groupe cdH à la Chambre. Elle continue à suivre de près les thématiques médicales et celles relatives à la famille.
Combinant son mandat de Conseillère communale à Frameries et sa présidence de groupe à la Chambre, Catherine FONCK mène une vie à 100 à l’heure, dans laquelle elle conserve toujours une place essentielle pour sa famille, à qui elle estime qu’elle ne consacre jamais assez de temps. Elle avoue aimer la vitesse et l’adrénaline quand elle pratique le ski ou la voile.

 

Revue de presse : « Lessines interdit l’airsoft »

Lessines interdit l’airsoft

T. VdB. Publié le – Mis à jour le

Faits divers Cette banalisation de la violence ou de la guerre ennuie fortement le bourgmestre qui a fait de la lutte contre l’insécurité un cheval de bataille.

La commune de Lessines a décidé d’interdire sur son territoire la pratique de l’airsoft, un jeu de simulation de combats.

Si les armes utilisées lors de ces jeux sont inoffensives, il y a eu beaucoup trop de dérives par le passé. « Il y a un mois, j’ai été averti par des Lessinois que des gens se baladaient en rue avec des tenues de combat et des armes factices », explique le bourgmestre Pascal De Handschutter (PS).

« C’était un dimanche après midi. Ces jeunes ont déclaré qu’ils jouaient sur une propriété privée mais ils ont été vus sur un terrain communal. Ce n’était pas la première fois que de tels faits étaient constatés sur notre territoire. Certains Lessinois ont été choqués de se retrouver avec des jeunes armés, même avec des armes factices. »

Cette banalisation de la violence ou de la guerre ennuie fortement le bourgmestre qui a fait de la lutte contre l’insécurité un cheval de bataille. « C’est malsain. Je suis désolé, mais pour moi, on ne peut pas jouer à la guerre… Qui plus est, ils n’ont pas averti qu’ils faisaient un tel jeu sur notre territoire. Et puis, il existe d’autres aménagements pour cela comme des paintballs. Ici, sur ce terrain privé, on retrouve de petits ponts ou même encore des miradors. »

En agissant de la sorte , Pascal De Handschutter veut mettre fin à des pratiques plus que limites. « Ils s’entraînent à faire la guerre. J’imagine que, dans le chef de certains, cela pourrait entraîner quelques dérives. En interdisant cela sur notre territoire, nous nous donnons des moyens juridiques pour lutter contre la banalisation de la violence. »

http://www.dhnet.be/actu/faits/lessines-interdit-l-airsoft-52ccd68b3570105ef7e76476

Voeux de l’arrondissement de Soignies

INVIT VOEUX 23 JANVIER 19H00 SOIGNIES

Revue de presse : conseil communal du jeudi 19 décembre sur No Télé

No Télé a consacré le vendredi 20 décembre 2013 un reportage sur le conseil communal de Lessines du jeudi 19 décembre, avec une interview d’Olivier Huysman :

http://www.notele.be/content/view/28352/31/

Questions de nos conseillères lors du conseil du 19 décembre

Deux de nos conseillères communales ont posé des questions aux échevins Mme Privé et M. Criquelion lors du dernier conseil communal.

Question de Cindy Ghislain

En début d’année, notre commune a décidé de se lancer dans la gestion différenciée de ses espaces verts. Quelles actions concrètes seront programmées pour 2014 ?

Réponse de M.Criquelion : Des élèves ont pour projet de fin d’études de trouver des endroits où pratiquer la gestion différenciée.

 

 

Questions de Marie-Josée Vandamme

  1. Où en est l’avancement des travaux de réfection des trottoirs de la rue de Grammont ?

Réponse de M.Criquelion : Les travaux ne commenceront pas avant le mois de juin…

2. Le service Accueil Temps Libre va prochainement fermer. Que va-t-on faire du matériel de l’ATL ? Et quelle sera la nouvelle affectation du bâtiment ?

 

 

Meilleurs voeux pour 2014!

Le groupe OSER cdH vous présente ses meilleurs vœux pour cette année 2014!

pixiz_52bc6dcfdf3a4