Home » 2012 » décembre

La Dendre toujours en phase de pré-alerte de crue

La Dendre est toujours en phase de pré-alerte de crue, même si le pic a été atteint hier entre midi et 18h. Heureusement, on n’annonce pas de pluie significative dans les 24h.

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121231_00250057&utm_source=facebook&utm_medium=socialVV&utm_content=article&utm_campaign=seeding

Joyeux Noël!

Tout le groupe OSER cdH de Lessines vous souhaite un très joyeux Noël!

SNCB : quels projets pour Lessines?

Voici le point déposé par notre conseiller communal Oger Brassart, sur la SNCB:

Longtemps, la gare de Lessines a été une gare de 1ère catégorie (3000 voyageurs/jour et surtout marchandises). En 1960, le trajet Lessines-Bruxelles s’effectuait en 43 minutes avec des locomotives à vapeur [actuellement, en train électrique, il faut 1h05 en passant par Ath (avec près de 10 minutes d’accrochage/de décrochage des automotrices à Ath) et 55 minutes via Grammont (en prenant une autre correspondance à Grammont)].

En 1959, la ligne 87 Lessines-Renaix a été supprimée, suivie en 1960 de la fermeture de la ligne 87 Lessines-Bassilly-Bruxelles. Fin des années 1960, Flobecq et Ellezelles ont été reliées par desserte de bus vers la gare de Lessines et vers Ath.

Fin des années 1970, la SNCB envisage de supprimer la ligne Lessines-Grammont. Suite à des actions menées, la ligne Ath-Lessines-Grammont est maintenue.

Ouverture de la ligne 94 entre Ath et Enghien : après des pétitions, un arrêt est prévu à Silly et une gare y est construite. La tentation est grande pour les Lessinois de parcourir les 12 km jusque Silly afin de prendre le train. Pour les navetteurs de Flobecq et Ellezelles, une nouvelle ligne de bus matin et soir leur permet d’accéder à la gare de Silly passant sur le boulevard de Lessines (mais sans s’y arrêter !! donc au nez et à la barbe des Lessinois qui gagneraient actuellement 18 min par rapport au trajet actuel Lessines – Ath – Silly – Bruxelles) Comprenne qui pourra !

Dans les années 1990, la mise en place du réseau IC-IR a supprimé tous les arrêts précédemment desservis par ce qu’on appelait alors les « omnibus ». Ce fut le cas sur de nombreuses lignes, toutes ou presque en Wallonie picarde, sauf la ligne 90. Sur la ligne 90 entre Lessines et Ath, les trains IR s’arrêtent à Houraing, Papignies et Rebaix.

Avec l’achèvement de l’A8/E429, des navetteurs préfèrent même la gare d’Enghien (mieux desservie que Silly avec le « luxe » de 3 trains par heure).

Sur l’entité de Lessines, il existe encore aujourd’hui, suivant les statistiques de la SNCB, quelques 1326 voyageurs…mais répartis sur ….4 points d’arrêt (Deux-Acren, Lessines, Houraing et Papignies). A part quelques grandes villes du pays, je ne connais pas d’entités de notre taille qui puisse s’offrir 4 points d’arrêts….On ne connait pas non plus la répartition des voyageurs entre ces différents points.

Mais la lenteur du trajet entre Ath et Lessines (14 min au lieu de 8 min si relation directe) conjuguée au 10 min d’accrochage en gare d’Ath allonge considérablement le trajet.

A l’heure où le plan d’investissements annonce clairement que la ligne 90 sera sacrifiée dans les prochaines années (entre 1 an et 5 ans de « survie »), il me semble opportun de réfléchir avec la SNCB et le TEC, en concertation avec les navetteurs et usagers divers du chemin de fer des solutions alternatives permettant de « rentabiliser » la ligne avant de la voir rayée de la carte.

L’annonce d’une promesse d’un projet de couloirs sous voies en 2015, d’une transformation de la gare en 2020,… ne serait-elle pas de nature à vouloir nous endormir pour mieux nous dévoiler ensuite une réalité bien plus douloureuse pour notre région.

Interrogés par plusieurs médias, les membres du CA de la SNCB ont confirmé que même si toutes les lignes qui ne seront plus entretenues dans un an, ne devraient pas toutes disparaître, certaines seront bel et bien supprimées.

Rappelons enfin que le trafic marchandises autrefois très important (et qui a en partie justifié l’électrification de la ligne) s’est vu réduit considérablement au cours des dernières années.

Aussi, je vous propose de mettre en place une structure permettant de proposer rapidement des solutions alternatives. Ce serait quand même incroyable de bénéficier de couloirs sous voies sur une ligne désaffectée et la re-construction d’une gare destinée à d’autres fins. »

 

Revue de presse : « Le premier examen déjà raté » (« La Dernière Heure ») »

Voici les articles publiés par la Dernière Heure ce jeudi 20 décembre 2012 :

Une sortie autoritaire du nouveau bourgmestre, Pascal De Handschutter, a provoqué le départ du groupe Oser-CDH

LESSINES Le 1 er conseil communal d’après installation des élus était très attendu. Il faut dire que Pascal De Handschutter (PS), le nouveau bourgmestre de Lessines, lançait avec insistance lors de la campagne que, s’il était élu, les débats allaient être différents. Entendez par là qu’il ne laisserait pas les discussions s’éterniser et monter dans la vulgarité comme cela a trop souvent été le cas lors des six dernières années.

Ce mardi, la première mesure de Pascal De Handschutter aura été de démarrer le conseil communal à l’heure. Un très bon point. Les huit points de l’ordre du jour étaient avalés en 15 minutes. Un record. Et pendant ces huit points, Pascal De Handschutter a mené les débats de main de maître

Arrivaient alors les points complémentaires et celui proposé par le groupe Oser-CDH sur la création d’une commission de mobilité. Visiblement irrité par les questions de l’opposition et surtout celles d’Olivier Huysman, Pascal De Handschutter a élevé le ton et il a crié à l’encontre du conseiller de l’opposition un “Taisez-vous !”

Un grand froid s’installait autour de la table. Le temps de sortir de cet état de choc, Véronique Druart demandait au bourgmestre d’être plus respectueux. “Si vous voulez être respecté, il faut d’abord respecter les autres.” Olivier Huysman et le groupe Oser-CDH quittaient la séance à 20 h 20…

Quelle mouche a donc piqué Pascal De Handschutter ? Tout se déroulait pour le mieux et on se mettait à apprécier le style De Handschutter. Mais ce pétage de plomb met déjà à mal la future tenue des prochains conseils communaux. Le groupe Oser-CDH ne s’attend pas à des excuses. Et dire que les conseillers de l’opposition réputés plus virulents comme Cécile Verheughen (Écolo) et André Masure (Libre) n’étaient pas là…

Pascal De Handschutter a raté son examen d’entrée. La prochaine séance du conseil communal risque d’être très tendue.

Revue de presse : conseil communal du mardi 18 décembre 2012

Petit retour sur les articles de presse consacrés au dernier conseil communal :

« Vers l’Avenir », jeudi 20 décembre 2012

 

Marché de Noël à Papignies ce 22 décembre

Lessines, une ville sous dictature??

Dictature quand tu nous tiens!..Devant une telle imposture,le grupe Oser-cdH a quitté la séance du conseil communal! A découvrir dans toute la presse et à Notélé!

 

Conseil communal du mardi 18 décembre : nos questions

Nos conseillers ont la possibilité de poser des questions au collège communal lors de chaque conseil communal. Voici les questions qu’ils poseront ce mardi 18 décembre :

Questions d’Oger Brassart

1. La plus grande partie de la rue Général Freyberg est actuellement dans l’obscurité depuis plusieurs mois. Que compte faire le Collège ?

2.  Les travaux de réfection de la N57 sur le boulevard Branquart étant terminés depuis plus de 6 mois, les panneaux de signalisation aux différents carrefours y amenant ainsi que la présignalisation sont toujours munis de bandelettes cachant les destinations et faisant croire que la N57 est encore inaccessible. Sur la E429 à hauteur de Frasnes, les automobilistes sont même invités à « éviter » Lessines. Bien qu’il ne s’agisse pas de voiries communales, le Collège ne pourrait-il intervenir auprès du MWET ?

3. L’Hôtel de ville et le centre administratif sont les symboles mêmes de notre ville. Au centre administratif, deux nouveaux drapeaux y ont été arborés pour le Festin 2011 ( !). A plusieurs reprises j’ai suggéré de les enlever, la fête de 2011 étant terminée. Deux d’entre eux ont survécu aux hivers mais sont dans un état lamentable. Ne pourrait-on prévoir un système plus souple certes mais permettant de faire « pavoiser » l’hôtel de ville et le centre administratif, comme il était de coutume autrefois, pour les fêtes officielles nationales, régionales et locales ?

Questions de Cindy Ghislain

1.    Chancre au coin de la rue de Grammont et de la Ruelle de la Reinette

Depuis plus de vingt ans, suite à l’explosion d’une maison, un terrain situé au coin de la rue de Grammont et de la Ruelle de la Reinette s’est transformé en chancre. Les mauvaises herbes ont envahi le terrain, qui sert à la fois de parking, de dépotoir et d’urinoir et qui accueille même quelques rats. Situé en plein centre de la ville et à proximité de la Grand Place, cet endroit insalubre et dangereux offre une vision déplorable de notre commune.

Le Service Travaux pourrait-il débroussailler et nettoyer le site, puis le sécuriser ? A noter que cette demande a déjà été faite à de nombreuses reprises auprès de l’ancien échevin des Travaux…

La Ville était en procès avec les propriétaires du bâtiment, qu’en est-il actuellement ?

   

 

2.    Amélioration des moyens de communication avec la population

Des travaux ont été prévus le long de la Chaussée Victor Lampe début décembre, puis ont été annulés. Quelques « privilégiés » ont reçu l’information via mail. Une annonce a été faite via Ma Radio. Et… c’est tout… Aucune annonce sur le site de la Ville, ni dans le « Lessines s’envole »… Et donc peu de Lessinois sont au courant des travaux et de leur annulation.

Ne serait-il pas opportun d’utiliser un mode de communication plus performant, surtout à notre époque, où les outils de diffusion sont nombreux : site internet communal, parution mensuelle d’un bulletin communal (et non plus trimestrielle), création d’une page Facebook voire d’un compte Tvvitter… ? Cela permettrait à l’ensemble des citoyens d’être informés.

Conseil communal du mardi 18 décembre : nos points supplémentaires

Notre conseiller Oger Brassart a déposé des points complémentaires à l’ordre du jour du conseil communal du mardi 18 décembre :

Service accueil temps libre – Extension- Décision

Vu l’importante attente de parents et d’enfants et la réponse à apporter au principe même d’une « école de la réussite », il est proposé d’étudier la possibilité d’étendre le service ATL par la création d’une école de devoirs en semaine.

Extension du service ATL par la création d’une école de devoirs les lundis, mardis et jeudis en période scolaire.

Le service Coup de pouce est dans l’impossibilité d’accueillir plus de 30 enfants dans le cadre de son école de devoirs.  Il est dès lors proposé de réfléchir à une extension de ce service les lundis, mardis et jeudis à raison de deux heures par jour. Une extension d’heures pourrait être attribuée aux 3 personnes assurant l’animation ATL du mercredi après-midi et entrer dans les fonctions de la responsable ATL. Cela permettrait entre autres aussi de justifier le contrat de mi-temps attribué à cette personne pour 2 heures d’animation et 2 heures de garderie actuellement le mercredi  après-midi. Le choix idéal du lieu devra faire l’objet d’une large réflexion.

Notons enfin que cette école de devoirs peut faire l’objet d’une large subsidiation.

Commission communale Mobilité  –admission du principe de sa création -  Décision

 

Il est proposé au Conseil la création d’une commission consultative communale en matière de mobilité, notamment afin de répondre de manière adéquate et concertée aux menaces de suppression de toute desserte ferroviaire sur Lessines.

Les différentes motions adoptées par le Conseil sur l’amélioration des relations ferroviaires entre Lessines et Bruxelles, sur un accueil digne de ce nom en gare de Lessines, sur l’ouverture des guichets au-delà de 2013 n’ont abouti  à aucune solution concrète de la part de la SNCB. Il s’agit donc de trouver des pistes permettant de « rentabiliser » davantage la ligne existante et entre autres des formules incitant les navetteurs lessinois et ceux de Flobecq et Ellezelles à reprendre le train à Lessines en lieu et place des gares de Silly ou d’Enghien.

A la demande de M. Oger BRASSART, Conseiller OSER-CDH et de Mme Cécile VERHEUGEN et de M. Philippe HOCEPIED, Conseillers ECOLO :

 

Point 8b) :       Mise en place d’un système de stationnement gratuit pendant 1/4h sur la Grand- Place de Lessines:

 

Point 8c) :      Respect de l’interdiction de stationner sur la Place devant la Maison Communale.

 

Revue de presse : « Des décisions toutes valides? »

Article publié sur http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121215_00244856&utm_source=lavenir&utm_medium=social&utm_content=footer&utm_campaign=send-to-a-friend&utm_term=1C2UI6QP

Des décisions toutes valides ?

  •                     Francis HOSTRAETE

    Dans certaines communes (ici, à Lessines), des points « de gestion » ont été abordés dès le 3 décembre. À tort ?

ATH/ELLEZELLES/LESSINES – Les décisions (étrangères à l’installation) prises lors de la séance d’installation des conseils communaux sont-elles valides?

Ici et là, le lundi  3 décembre dernier, les mandataires communaux fraîchement installés se sont «mis directement au travail» en examinant déjà d’autres points que ceux directement liés aux formalités de l’installation. Il s’agissait de points dont le degré d’urgence était variable. Et dont l’importance était également inégale.

Pas conseiller avant le 3…

Cette situation suscite des interrogations.  En effet, les mandataires fraîchement installés le lundi  3 décembre n’ont, légalement, pas pu consulter les dossiers avec les points inscrits à l’ordre du jour. Le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (CDLD) précise pourtant en son article L1122-13, § 2 : «Pour chaque point de l’ordre du jour, toutes les pièces s’y rapportant sont mises, à la disposition, sans déplacement, des membres du conseil communal dès l’envoi de l’ordre du jour.»

De deux choses l’une donc.

Soit certains mandataires (ceux qui ont prêté serment pour la première fois le 3 décembre) n’ont pas eu accès aux dossiers et ils ont donc été placés dans une situation d’inégalité par rapport à leurs collègues conseillers déjà en fonction durant la mandature précédente; ce qui paraît totalement anormal car on porte ainsi atteinte au principe d’égalité entre les mandataires.

Soit ces (nouveaux) mandataires ont eu accès aux dossiers pour les points en question; mais alors à quel titre puisqu’ils n’étaient pas encore en fonction avant le lundi  3 décembre? En tant que «simples citoyens», comment pouvaient-ils alors avoir accès à des dossiers réservés aux seuls mandataires?

La tutelle avait averti

La tutelle était évidemment consciente, préalablement, de cette situation potentiellement instable. Ainsi, sur le site , la rubrique «foire aux questions» évoque ce point, à propos de l’ordre du jour de la séance d’installation. Les mandataires communaux avaient de cette façon leur attention attirée sur cet aspect.

«Q : Peut-on fixer à l’ordre du jour de la séance du conseil communal d’autres points que : – l’installation du conseil communal et les prestations de serment; – la fixation du tableau de préséance; – l’adoption du pacte de majorité; – l’élection des conseillers de l’action sociale; – l’élection des membres du conseil de police?

R : Un point relatif aux délégations au collège pourrait éventuellement être ajouté. Pour le surplus, il est conseillé de ne fixer que des points qui souffriraient d’être examinés plus tard, puisque le droit de consultation des futurs conseillers communaux est mis en difficulté étant donné qu’ils n’ont pas encore cette qualité préalablement au 3 décembre. Il faut éviter de charger l’ordre du jour.»

Recours possible

Nous avons interrogé l’Union des villes et communes de Wallonie (UVCW) sur cette question. Il nous a été indiqué : «votre observation est judicieuse». Tout en nous renvoyant vers l’Administration régionale des pouvoirs locaux.

La Direction de la «législation organique» a expliqué être au courant du problème, tout en nous dirigeant vers le cabinet du ministre Paul Furlan.

Où l’on nous a expliqué en substance que le conseil communal (dès son installation) pouvait décider de ne pas aborder des points inscrits à l’ordre du jour. Dans le cas où des points ont malgré tout été abordés et votés, des conseillers peuvent introduire une réclamation en expliquant qu’ils n’ont pas pu exercer pleinement leur droit de regard, sans avoir accès aux dossiers préalablement. «La tutelle appréciera la pertinence de la réclamation…»